Notre Compromis

COOPERAND naît de mon expérience personnelle à El Alto de la Paz en Bolivie, en tant que volontaire depuis 2004, concernant l’assistance des enfants qui vivent dans les rues. En effet, ceux-ci sont abandonnés par leurs parents de telle façon qu’ils constituent ainsi le paysage bolivien, ce qui représente une dynamique qui se répète dans de nombreux pays sud américains sous développés.
Les enfants vivent comme ils le peuvent dans les rues et cohabitent avec les drogues, la délinquance, la prostitution, l’exploitation au travail et tout ceci dans la plus grande solitude. Ils sont maltraités et humiliés par la société en général. Leur situation est précaire et critique. Puisqu’ils n’ont pas accès à l’éducation, ils vivent marginalisés, n’ayant le soutien de personne.
Depuis 2004, nos efforts et notre aide destinés à ces enfants se centrent, non seulement sur l’accueil et l’assistance dans des foyers, mais aussi sur leur éducation et leur bien être mental comme physique. Avant toute chose, la première étape est la désintoxication. En effet, ils arrivent désorientés dans les foyers, ils sont méfiants et très perturbés par leur expérience dans la rue. Cette étape de réhabilitation étant surmontée, ces enfants sont inscrits dans les écoles jusqu’à leur majorité afin de leur permettre leur insertion, plus tard, dans la société avec une formation académique et professionnelle en poche.

Pendant leurs 6 dernières années d’études et parallèlement à celles-ci, ils ont la possibilité de se former dans des domaines tels que l’ébénisterie, l’hôtellerie, le jardinage, la sérigraphie, entre autres, en vue d’une sortie professionnelle. De cette façon, ils peuvent se présenter à la bourse de travail pour obtenir leur indépendance et autonomie dans leur vie.

Il s’agit d’un travail de longue halène qui requiert énormément d’acharnement, d’assiduité, de patience et de persévérance étant donné que parfois, certains d’entre eux, abandonnent les foyers pour se rendre à nouveau dans les rues lorsqu’ils se sentent frustrés et perdus. Il faut leur donner des valeurs, de l’espoir, de l’amour, s’intéresser à eux et leur faire voir que tout est possible et qu’ils sont capables de s’en sortir. C’est ainsi que s’obtiennent le succès et la réinsertion.

Cependant, il ne faut pas se contenter de guérir leurs blessures et leurs traumatismes. Il est primordial de les réhabiliter depuis la source, en leur offrant les mêmes possibilités dont jouit le reste de la population.

Nous sommes tous, ou du moins, nous devrions tous nous sentir responsables, d’une façon ou d’une autre, de notre situation privilégiée de confort et bienêtre. C’est pour cela que notre compromis est, et sera toujours, celui de l’assistance et de la collaboration permanentes dans ce secteur défavorisé.

COOPERAND se développe et offre d’autres issues à ces jeunes, notamment avec l’incorporation d’un nouveau projet appelé ÉDUCATION DIGITALE qui leur facilitera la mise sur le marché du travail plus spécifique et de meilleure qualité. Cette formation leur permettra de viser un emploi plus ambitieux où les conditions de travail leurs feront avancer comme ils le méritent.
L’aide et le support de vous tous sont essentiels pour continuer à nous développer. Tous ces enfants ont besoin de notre aide, de votre aide et de celle de nous tous, afin qu’ils ne se sentent jamais seuls. NOUS VOUS EN REMERCIONS.

Carla Riestra
Presidenta de Cooperand amb Llatinoamèrica

Back to top